STATISTIQUES

La place financière genevoise en trois chiffres

35600
personnes travaillent dans le secteur financier
35%
du PIB genevois est constitué par la contribution de la place financière et du secteur du négoce des matières premières
92
établissements bancaires

Talents, compétitivité et innovation

Découvrez les atouts de la place financière genevoise en 45 secondes !

Aujourd’hui Genève est reconnue comme un centre financier international. Les métiers de la finance demeurent fondamentalement des métiers de personnes et l'innovation constitue l’une des clés du succès de la Place. C’est pourquoi, la place financière genvoise crée la finance de demain en explorant des pistes prometteuses, telles que la FinTech, la finance durable et la philanthropie.

EY Baromètre des banques 2021

Selon le « Baromètre des banques » réalisé par Ernst & Young en janvier 2021, les banques helvétiques sont résistantes aux conséquences de la pandémie de coronavirus, grâce notamment à la substance accrue depuis 2008 et à la structure saine de leurs portefeuilles de crédits. Même si les banques craignent une augmentation des défaillances de crédit à court terme, elles portent un regard plutôt positif sur l’avenir.

Dans ce contexte, la durabilité a gagné en notoriété auprès des investisseurs et des clients. Cette «vague verte» continue de déferler sans relâche en 2020 et a maintenant atteint également les activités de crédit des banques.

Par ailleurs, le durcissement prévisible à long terme des taux négatifs par la crise du coronavirus augmente la pression que les banques subissent depuis un certain temps au niveau des revenus. La tendance vers une introduction renforcée de taux négatifs sur les avoirs des clients devrait donc se poursuivre.

 

Digital Pulse Check 4.0

Numérisation : quel est le degré de maturité des banques suisses?

Le Swiss Finance Institute (SFI) a examiné dans une vaste étude l'état actuel de la numérisation dans le secteur bancaire helvétique. L'objectif principal est de déterminer le degré de maturité numérique des banques suisses par rapport au reste de l'Europe.
 
Cette seconde édition, à laquelle 150 établissement ont participé, révèle que, plus encore qu’en 2019, la plupart des institutions bancaires établies ont réellement pris conscience de la nécessité de s’adapter à l’avenir. Elles numérisent progressivement leurs services existants ou les repensent du point de vue de leurs clients. La crise du Covid-19 a encore accentué ce changement.
 

visuel

Covid-19 : comment les banques se mobilisent pour faire face à la crise

Selon Edouard Cuendet, Directeur FGPF, la place financière genevoise fait preuve d'une grande agilité dans un contexte économique exigeant. Son attractivité future dépendra notamment du résultat de la votation sur l'initiative "Pour une immigration modérée". Seul un refus de cette initiative le 27 septembre 2020 permettra de maintenir l'emploi et la prospérité.  

A écouter sur "Radio Lac"...

Selon Edouard Cuendet, Directeur FGPF, "cette crise oblige à réfléchir de manière prospective, en termes d'innovations technologiques et d'activités".

A lire dans "Entreprise romande"...

  • Programme des crédits transitoires pour les entreprises

En raison des conséquences économiques du coronavirus, le Conseil fédéral met à la disposition des entreprises en Suisse des aides en liquidités d’un montant total de 20 milliards de francs.

Grâce aux banques, les crédits transitoires (crédits COVID-19) permettent d’aider les entreprises concernées de manière non bureaucratique, ciblée et rapide.

En savoir plus...

Enquête d'opinion sur les banques en Suisse

Les banques suisses sont en bonne position pour aborder l'avenir numérique!

10 ans après la crise financière, la confiance de la population helvétique envers les banques se situe au niveau qui était le sien avant 2008. Les établissements bancaires se distinguent en particulier en tant qu’employeurs de qualité et en tant qu’acteurs économiques de première importance en termes de places de travail et de contribution fiscale. Ainsi, 95% des personnes interrogées jugent leur banque principale digne de confiance et 85% estiment que la place bancaire suisse est financièrement solide et économiquement sûre. Le développement durable constitue un nouvel élément susceptible de renforcer l’image des banques.

Plus d’un Suisse sur deux est convaincu que la Place suisse est plus compétitive que ses principales concurrentes et jouit d’une bonne réputation à l’étranger. Aux yeux de 95% des personnes sondées, les conditions-cadres politiques et économiques favorisent la compétitivité de la Place. 90% des Suissesses et de Suisses, soit une proportion accrue par rapport à l’enquête réalisée en 2017, considèrent que la formation dans le secteur bancaire est un élément essentiel de succès.

La numérisation génère certaines réserves auprès des personnes sondées, qui s’interrogent pour 84% d’entre elles sur la sécurité des avoirs confiés à des établissements convertis au numérique et pour 79% sur les pertes d’emplois qui pourraient en découler. Toutefois, malgré ces risques, elles sont plus de 90% à considérer que dans 20 ans, les banques continueront de proposer des services financiers et ne seront pas remplacées par d’autres prestataires.

Une chaîne d’expertises unique au monde

Créée en 1991 par les 80 banques membres de la Bourse de Genève, la Fondation Genève Place Financière (FGPF) est l’organe faîtier de la place financière. Générant 35'600 emplois, le secteur financier repose sur trois piliers : la gestion de fortune privée et institutionnelle, le financement du négoce de matières premières ainsi que la banque commerciale et de détail.
Avec la présence d’activités telles que l'affrètement maritime et la surveillance, Genève bénéficie d'un  « cluster » unique au monde.

Deloitte International Wealth Management Centre Ranking 2018

La Suisse reste leader

La troisième édition du classement des centres de gestion de fortune de Deloitte se penche sur la compétitivité des centres de gestion de fortune privé internationaux et analyse leur volume de marché, leur performance en termes de croissance, leur rentabilité et leur efficacité.

L’environnement économique dans lequel les centres de gestion de fortune internationaux évoluent est de plus en plus difficile. Parmi les priorités, la compétitivité a davantage cédé la place aux capacités des fournisseurs et à la maturité numérique. Entre 2010 et 2017, le volume de marché international et les nouveaux actifs nets ont diminué dans les plus grands centres. La compétitivité des coûts demeure un défi permanent.

La Suisse reste le plus grand centre avec 1 840 milliards USD de volume de marché international. Ses caractéristiques concurrentielles sont équilibrées, ce qui lui a permis de surpasser ses concurrents internationaux en augmentant sa marge bénéficiaire de 18,2% entre 2015 et 2017.