Mercredi 23 Sep. 2015

La place financière genevoise tient son rang

Conditions cadres

Face à une concurrence exacerbée, Genève se maintient au 13ème rang des places financières globales. Mais rien n’est acquis. Genève devra prendre les bonnes décisions pour améliorer ses conditions-cadres.

Le « Global Financial Centres Index (GFCI)» est réalisé conjointement par Z/Yen Group et le Quatar Financial Centre Authority depuis 2007.

Il examine, tous les 6 mois, environ 80 centres financiers et évalue leur compétitivité. 105 facteurs ont été examinés dans cette 18ème édition, dont la possibilité de trouver du personnel de qualité, l’environnement réglementaire, l’accès aux marchés financiers ou encore les infrastructures.
 
Les résultats de l’enquête menée en septembre 2015 font passer Londres devant New York au 1er rang, grâce à un environnement des affaires plus favorable et sa capacité à attirer les talents. La capitale britannique retrouve ainsi la tête du classement perdue en mars 2014.

Contrairement à mars 2015, de nombreuses places financières, toutes régions confondues, progressent. Les centres asiatiques de Hong Kong, Singapour, Tokyo et Seoul conservent leur influence en confortant leur place dans le top 6. D’ailleurs, 12 des 15 places financières asiatiques enregistrent des résultats en progression. En Europe, Zurich perd une place et se classe au 7ème rang. Si sa capacité à attirer des talents est bien notée, les professionnels du GFCI regrettent un ralentissement du développement du secteur financier. La ville alémanique retourne à sa position de septembre 2014. Francfort fait un bond de 5 places et passe devant Luxembourg, qui régresse de deux rangs à la 19ème place. De façon générale, les pays d’Europe de l’ouest montrent des signes positifs. Sur les 29 centres de cette région, 23 voient leur classement s’améliorer. Pour la première fois, le Liechtenstein entre dans l’étude, au 60ème rang.

Face à une compétition exacerbée, la place financière genevoise parvient à tirer son épingle du jeu. Elle conserve sa 13ème place au classement général et reste au troisième rang des places européennes, derrière Londres et Zurich. Elle fait partie des centres qualifiés de « dynamiques ». Sa compétitivité progresse et elle n’est plus considérée comme un « global specialist » mais comme un « Established transnational centre », à l’instar de Chicago (11ème) et de Boston (12ème).

Il serait toutefois erroné de se reposer sur ses lauriers. Les centres financiers qui précèdent Genève sont très développés et possèdent des conditions-cadres attractives. Un observateur, mentionné dans l’étude, note en particulier que « Switzerland remains very strong but Luxembourg and Liechtenstein are becoming much more powerful in their own niches ». Genève, tout comme la Suisse, devra donc prendre les bonnes décisions pour améliorer les conditions-cadres et, surtout, préserver la chaîne de valeurs unique qui caractérise la place financière. Ce « cluster », qui regroupe la gestion de patrimoine, le négoce de matières premières et le financement du trading, l’affrètement maritime et la surveillance ainsi qu’un tissu très dense de sociétés multinationales, constitue un atout qui la distingue de ses concurrentes.