Premier bilan pour «cadre, finance, carrière»

Expérience entre finance genevoise et secteur public 
Après quinze mois d'existence, «cadre, finance, carrière» fait un premier bilan d'activité, sur la base des entretiens réalisés avec les 765 personnes rencontrées dans le cadre de cette «structure indépendante paritaire», parrainée par Genève Place Financière d'une part, le Département de l'Economie, de l'emploi et des affaires extérieures (DEEAE) d'autre part. 

«Notre structure étant indépendante, elle n'est pas soumise à l'assurance chômage, contrairement aux offices régionaux de placement (ORP) qui ne peuvent sortir de la voie traditionnelle», explique David Maggio. Formellement au service de la Fondation Genève Place Financière, celui-ci est depuis les débuts de «cadre, finance, carrière» en septembre 2003, à la tête de cette structure, en tant que chef de projet. Il n'est pas inutile de se replacer un instant dans le contexte qui a vu la création de cette «structure indépendante paritaire» d'un genre nouveau. Avec 1120 chômeurs en juillet 2003, soit 7,8% du total, provenant des banques, l'évolution de l'emploi dans le secteur était suivie avec inquiétude au Département genevois de l'Economie où, en octobre 2002 déjà, un groupe de travail sur cette question avait été créé sous l'impulsion de Carlo Lamprecht. C'est sur cette lancée qu'était décidée la mise sur pied de «cadre, finance, carrière», le groupe de travail se muant en «comité de pilotage». Présidé par Yves Perrin, le directeur du marché du travail au Département de l'Economie, il comprend en outre Grégoire Evéquoz, du Département de l'Instruction publique, et Neil Ankers, directeur de l'Office cantonal de l'emploi. Ces hauts fonctionnaires siègent aux côtés de Maxime Morand, directeur des ressources humaines de Lombard Odier Darier Hentsch & Cie, de François Larrey, membre de la direction de la Fondation Genève Place Financière et de David Maggio. Voilà pour les présentations. 

Liste de places disponibles 
Pour l'usager, la démarche de s'adresser à «cadre, finance, carrière» est souvent motivé par le désir d'avoir accès à sa «liste de places vacantes», compilées grâce à la collaboration de 37 banques, sur 42 établissements approchés par David Maggio. Mais dans la conjoncture actuelle, il ne faut pas trop attendre de cette liste: à fin novembre, 31 banques avaient communiqué 64 postes, ce qui était loin d'être suffisant pour répondre aux besoins d'un secteur qui comptait encore près de 900 chômeurs. C'est d'ailleurs pour cette raison que la démarche élaborée par David Maggio s'inscrit dans une perspective nettement plus vaste. Il s'agit, à l'occasion d'un entretien qui peut durer 2 heures, d'envisager toutes les options possibles, et ceci dans une perspective privilégiant la mobilité. 
C'est ainsi qu'un projet de passage au statut d'indépendant est envisagé au départ dans 7% des cas, alors qu'un désir de reconversion est invoqué par 18% des quelque 165 personnes qui sont passées par «cadre, finance, carrière» depuis sa création. Certes, retrouver un emploi ressemblant au précédent reste en principe l'objectif de 68% des personnes qui s'adressent à David Maggio, mais cet objectif n'est pas toujours atteint. Même s'il est difficile de savoir ce que deviennent les répondants, la proportion de ceux qui parviennent effectivement à retrouver un poste équivalent à celui qu'ils ont quitté n'excède probablement pas 25%. Loin d'être l'exception, la reconversion tend donc à devenir la règle. 

Transition 
Dans une telle perspective, «cadre, finance, carrière» deviendra «cadre, transition, carrière» à la rentrée de janvier, un changement d'enseigne qui recouvre une extension de son champ d'activité. Dans un premier temps, celui-ci va s'élargir aux cadres de l'industrie et des multinationales. «L'idée est de promouvoir les transferts de compétences et de favoriser la mobilité professionnelle», commente David Maggio, qui s'apprête aussi à emménager dans ses propres bureaux, après avoir été l'hôte du centre de bilan (CEBIG), au Boulevard du Pont d'Arve. Un signe parmi d'autres de la pérennisation d'une structure qui a fait la preuve de son utilité. 

Pour contacter David Maggio: Tél. 022 321 5425/0797427633. 

Mohammad FARROKH - Tout l'emploi

© Fondation Genève Place Financière - Tous droits réservés